Bookworm

à défaut de pouvoir voyager bien loin cet été, j'ai décidé de lire des auteurs étrangers afin de partager un univers inconnu et d'être emportée vers une poétique que j'espère bouleversante.
Sur ma pile de livres, il y avait bien entendu Carlos Ruiz Zafon : l'Ombre Du Vent et Le Jeu De l'Ange. On me les avait offert à Noël et je n'avais jamais eu le temps de m'y plonger. Je pense qu'il est inutile de revenir sur des oeuvres qui ont fait un tel buzz sinon pour admettre que j'ai beaucoup moins accroché avec Le Jeu De L'Ange. En revanche, j'apprécie beaucoup cette réelle interrogation sur le pouvoir de la littérature qui n'est pas seulement écrite mais mise en scène, travaillée.
En passant en coup de vent au Furet du Nord, mes yeux se sont posés sur les oeuvres d'Haruki Murakami, inconnu dans mon bataillon. C'est le titre de son receuil de nouvelles qui m'a attiré: l'Éléphant S'Évapore - forcément! Je ne m'intéresse que rarement à la littérature japonaise, à regret. Et les rares fois où j'ai vu des films asiatiques, c'était souvent avec la même personne, étrangement car ce n'était pas prémédité: Les Filles du Botaniste ou encore April Snow
Pour en revenir à Haruki Murakami, ce ne sont pas ces nouvelles qui ont guidé mon choix mais son roman Au Sud De La Frontière, À l'Ouest Du Soleil. très rapide à lire, il s'écoute sur Star-crossed lovers de Duke Ellington (petit côté Boris Vian), les amants nés sous une mauvaise étoile qui résume très simplement l'oeuvre. 
Hajime a connu pour la première fois l'amour en compagnie de la douce Shimamoto-San. Séparés par la vie, il n'a pourtant jamais oublié. Aujourd'hui, à l'aube de la quarantaine, Hajime est devenu un homme ordinaire et s'est construit une vie agréable entre sa famille et un métier qui lui plaît. Ce fragile équilibre résistera-t-il à ses retrouvailles avec Shimamoto-San ? 
Si l'histoire est fondée sur un lieu commun, que le début n'est qu'une présentation superficielle des amours d'Hajime, à commencer par cette relation avec Shimamoto-San, la seconde partie de l'oeuvre est nettement plus profonde dans son analyse de la nature humaine. Ce que j'ai apprécié plus que tout, c'est le mystère qui règne autour de cette femme aimée. On ne connait rien d'elle sinon son enfance, et on ne connaitra rien de plus. Comme si l'auteur nous indiquait une fois de plus que l'Autre est un irrémédiable mystère et que la connaissance de soi, une quête perpétuelle. 
Le livre n'est pas sans me rappeler celui qui m'accompagnait voir les films asiatiques et notre histoire. aux élans d'âmes sœurs En le refermant je n'ai pas trouvé de réponse à cette question qui me taraude mais ce n'était qu'une nouvelle possibilité d'un avenir bien loin qui m'était proposé.
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire