13 octobre, 2010

Welcome back ou deuxième année d'assistanat en Angleterre

La reprise a sonné et c'est intéressant de voir les changements survenus en une année. Suites aux élections et à l'investiture de David Cameron comme Premier Ministre beaucoup de secteurs souffrent des pertes de budgets et de suppressions d'emplois, notamment dans l'éducation. Les conseillers qui s'occupaient des assistants (essentiellement de toute la paperasserie à laquelle nous faisons face en arrivant à l'étranger) sans compter la mise en place d'un programme des langues en primaire ont ainsi été remerciés. Leurs fonctions seront donc reprises par les écoles qui, cette année déjà, ont oublié d'indiquer les papiers à fournir...oubli prometteur pour l'année suivante. Nous n'avons pas eu droit au restaurant, ni d'offre de logement mais une fête a quand même été organisée, ainsi qu'une journée pour régler les détails administratifs, un accueil de taille qui disparaitra l'année prochaine avec le départ des conseillers.
Le tapis rouge a été déroulé à mon arrivée à l'école et c'est sous les ovations des élèves que j'ai franchi le pas de la porte de mon département...à quelques détails près ça aurait pu se passer comme ça! Évidemment le tapis rouge manquait à l'appel mais le bon vieux bitume gris, m'a rassuré de sa présence, il n'y a pas eu d'ovations mais des sourires sincères, et des grands cris d'extases (oui, oui ceci n'est pas une hyperbole : "YOU ARE BACK!WHEN ARE YOU WORKING WITH US!) - bon certes, trois personnes en tout et pour tout m'ont dit ça; c'est un bon petit début non...? - et puis bon ce n'est pas l'accueil le plus chaleureux que j'ai connu en rentrant dans le département. En effet c'est actuellement la guerre froide au sein de l'équipe enseignante du département de langues modernes. Cette atmosphère avait fait son apparition à la fin de l'année scolaire et s'est clairement aggravée. Suite à des conflits et au caractère relativement autoritaire de la Head of Department, il règne dans la salle des profs une certaine incompréhension enveloppée de non-dits et de regards de connivence lorsque la head sort de la pièce. D'ailleurs depuis que je suis revenue, elle ne fait même plus acte de présence durant la pause midi mais s'enferme dans sa salle prétextant de la paperasse à remplir. Enseigner en Angleterre implique 60% d'enseignement effectif et 40% d'administration d'où la necessité d'une chef qui gère la répartition des tâches et d'où les probables clashes surtout quand l'équipe enseignante n'est composée que de femmes. Heureusement pour eux que je connais mon boulot, mes premiers pas dans une telle atmosphère auraient été bien hésitants. Comme c'est ma deuxième année, je peux me concentrer sur les petits gossips de couloirs sans les alimenter, ce qui rend mes journées nettement plus divertissantes!
Les élèves me connaissent et sont donc adorables et volontaires même si leur niveau reste...limité - je blâme le système éducatif et pas nécessairement leur fainéantise. En revanche, je suis offusquée, profondément affectée par l'attitude de mon unique Year 12 (équivelent de première). Le français, elle l'a choisi, a priori elle aime ça et est avide d'apprendre. Elle a même eu un A star l'an dernier qui équivaut à plus de 18, c'est une bonne élève, sérieuse et soucieuse de bien faire. Pour elle, une heure de cours avec l'assistante est obligatoire mais c'est de la simple conversation sur des thèmes définis pour son examen  que je traite à l'aide de matériau culturel français. Rien d'insurmontable je vous l'assure. J'aurai tué pour y avoir accès au lycée, surtout avec une anglaise. Et bien figurez vous que le rejeton a décrété -oui décrété - que 2 heures avec moi c'était trop car elle avait 2h de français dans la matinée également. Donc l'élève s'est octroyé le droit de ne faire qu'une heure!!! Ça me met la rate au court-bouillon, je vous le dis! Dans une école où très peu sortiront cultivés, où une petite portion excellera dans des domaines bien précis mais ne sauront probablement pas voir plus loin, cette minorité refusent la malheureuse petite heure de culture qui leur est offerte sous prétexte qu'elle est de trop dans leur emploi du temps. Je ne peux pas m'empêcher d'interpréter ce geste comme l'échec d'une possible ouverture à la culture!
Le dimanche au Hifi c'est concert gratuit et juste avant la rentrée il y a eu une petite perle de la scène électro française: Wax tailor que vous connaissez sûrement pour cette chanson qui était dans le film Paris. Je vous laisse donc sur ces sonorités étonnantes car ce soir, une fois n'est pas coutume, je vais au Pub :)

2 commentaires:

  1. Encore, encore !!!

    Pas possible ton élève n'est venue qu'une heure ?!! Toutes ces recherches de pub pour rien ?!!!!

    Ah le système administratif, l'éducation, sujets intarissables !

    xxx

    Collègue Papillonne !

    RépondreSupprimer
  2. Bonne chance pour cette nouvelle année ;)

    (et tu as rencontré CS mad'chester, on a sans doute maintenant des amis communs !!!)

    RépondreSupprimer