08 janvier, 2010

l'anomètre

L'anométrie c'est la mesure d'une année, ce qui nous permet de dire qu'une année a été bonne ou non. Question récurrente quand on laisse derrière nous une année aussi trépidante que 2009, et quand devant nous s'étend un océan de jours inconnus. J'avais décrété à la veille de 2009 que celle ci serait merveilleuse, et en février déjà je déchantais.  J'ai passé le reste de l'année à attendre que la roue tourne et, regardant en arrière, je constate que, ma foi, cette bonne vieille 2009 n'était pas trop mal! Un léger goût d'aventure flotte encore dans les airs, des voyages enrichissants (la Suède en février, la Belgique en Mai, Interrail en juillet, Belle île en Aout, Bristol et Londres avec Valou, Une installation à Leeds, et depuis Oxford, Bath, Liverpool, Londres again and again!), des rencontres constructives (le cleûbe! Mathilde, Claire) et la redécouverte des gens bien ancrés dans notre quotidien (Biloute, Jean-Luc et David). Les premiers pas seule dans un pays étranger; les premiers pas en tant qu'assistante de français dans un lycée anglais, seule face à des élèves; 2009 l'a réalisé! Peut importe les difficultés, les moments de remise en cause, 2009 c'est la croissance, c'est sortir grandie de chaque épreuve, c'est être 9,et pouvoir recommencer à 0 en 2010! Il y a eu une appropriation de l'espace inattendue, des films-échos, des films bouleversants, des films jouissifs, des films fondateurs (qui ne mettent pas du tout ma crédibilité en question) et des milliards d'orgasmes musicaux dont deux que je dois à Biloute et c'est sur Free Bird que je t'ai dit aurevoir dans ta petite maisonnée saint lysienne. Il y eut un été riche en amitié et riche en promesses de retrouvailles. Alors il y a celui qui a décidé de partir à l'automne déclinante pour se construire, sans se retourner sur notre passé, sans regret? et il y a celui qui est parti tout simplement. Mais des départs il y en aura toutes les années et je continuerais à grignoter les jours du calendrier pour fabriquer d'autres souvenirs atemporels.


"Pour qu'à l'avenir, on trinque au présent 


en souvenir du bon vieux temps"

3 commentaires:

  1. J'aime beaucoup celui-là. Mais au moment où tu parles des films tu aurais pu dire un mot ou deux sur The Mist...

    RépondreSupprimer
  2. Il est très bien ce nouvel article ! Quoiqu'un mélancolique, non ?

    Mais décidément moi j'y suis jamais dans tes articles !!! Que dans tes commentaires ! Jamais mieux servi que par soi-même.

    Papillonne !

    RépondreSupprimer
  3. enfin je "scribouille une songerie qui virevolte" ^^

    c'est tellement joli ! ça ne pouvait venir que de ta petite imagination à toi !

    il me plaît à moi aussi cet article !
    un peu amer sur les départs, mais qui le sont forcèment...

    continue d'écrire, je dévore tes articles comme un livre !

    et c'est pas pour faire genre, mais tu devrais sincèrement essayer d'écrire qqch ou travailler dans le journalisme comme ça, t'as une plume incroyable

    X

    RépondreSupprimer